Mon septième livre qui aurait dû sortir cette année, sortiera surement un jour ; mais quand je serais venu à bout du manque que j’ai ressenti ses seize dernières années, en effet depuis seize ans que j’écris, au niveau promotion, j’étais proche de zéro. Maintenant que j’ai accès à un service de presse, il est évident que ça comble un manque chez moi et j’en use et en abuse. Il est évident aussi que je ne suis pas l’écrivain du siècle, mais j’admet que la pub me fait du bien. J’ai le sentiment de ne pas avoir travaillé pour rien, ce sentiment était et est encore présent dans ma tête…peut-être lorsque je n’aurais plus cette idée persistante, je pourrais enfin me remettre à travailler.